Stop aux Violences Faites aux Femmes

publié le 26 mars 2019
165 vues 0 j'aime
Sommaire de la fiche :
Résumé

A l’occasion de la Journée Internationale de lutte contre les violences sexuelles et sexistes faites aux femmes (le 25 novembre), le Groupe Femme d’Accueil Goutte d’Or décide de déambuler dans le quartier de la Goutte d’Or afin de sensibiliser les habitant.e.s sur le sujet.  Pour mieux se faire voir et entendre, elles ont l’idée de tricoter collectivement un ruban blanc, symbole de la lutte contre les violences…

L'action en images

Quelle est la situation de départ qui a motivé le projet ?

Le Centre Social AGO organise des Ateliers Sociolinguistiques depuis des années, au début ces cours étaient réservés aux femmes du quartier de la Goutte d’Or à Paris 18ème. Au fil des années,  les cours sont devenus mixtes. Les femmes qui fréquentaient les cours ont alors voulu créer un espace pour pouvoir échanger entre elles. De ce désir est né le Groupe Femme d’AGO qui se réunit tous  les vendredis après-midi au sein du Centre Social.

Chaque vendredi, 10 à 15 femmes du quartier viennent pour partager, échanger, discuter, rire, et parfois pleurer des sujets qui les concernent. Une bénévole membre du Conseil d’Administration anime le Groupe. Les activités et sujets abordés viennent des femmes qui participent au Groupe. Elles peuvent décider d’aller visiter le Cathédrale Notre Dame, se promener sur le Champs Elysées, faire des crêpes ou des séances de relaxation, organiser un atelier de tricot ou de couture, ou simplement discuter autour d’un thé à la menthe.

Le problématique de la violence faite aux femmes est un sujet abordé soit parce qu’elles ont été victimes, soit parce qu’elles connaissent une femme qui en a été. En automne 2018, grâce aux brochures de la Maire de Paris sur la Journée Internationale Contre les Violences sexuelles et sexistes faites aux femmes (le 25 novembre), le groupe s’intéresse aux statistiques telles que le fait qu’une femme est tuée aux mains de son compagnon tous les trois jours en France. Les chiffres les ont interpellées. Certaines disaient que le niveau de violence était d’autant plus choquant qu’on est dans le pays de la liberté. Beaucoup pensaient que ce n’était pas possible en France…

 

Qu'avez-vous mis en place ?

C’est alors qu’elles ont suggéré d’organiser une activité autour de cette journée dans le cadre des événements parisiens. Le symbole du ruban blanc a été évoqué et comme plusieurs des femmes aiment tricoter, elles ont eu l’idée de tricoter des petits rubans blancs : « et pourquoi pas aussi un grand ruban blanc le plus long possible ». Ainsi, pendant quatre semaines, chaque femme tricote une partie du ruban blanc.  Les sessions de tricot ont été aussi des moments de discussion autour de ce sujet. Les femmes ont voulu aller vers les autres femmes du quartier pour les inviter à tricoter. Elles ont conçu avec l’aide d’une graphiste une affiche et un tract qu’elles ont distribué et affiché dans les autres associations et commerces du quartier.

Le 23 novembre 2018, les sections du ruban que chaque femme avait tricoté ont été assemblées pour créer un ruban de 37 mètres de longueur. Comme nous avons eu des brochures, dépliants, et tracts annonçant la Journée du 25 novembre, les femmes ont décidé de faire une déambulation dans le quartier « avec notre ruban » pour aborder le sujet avec les passant.e.s.  La déambulation est partie du Centre Social pour faire un grand parcours à travers les rues commerçantes, un marché, et le boulevard Barbès. Comme le ruban attirait l’attention, il était facile pour les femmes d’aborder le sujet de la violence avec les habitants et habitantes. Le côté ludique du ruban a permis de discuter facilement avec les femmes dont quelques-unes disaient être victimes ou connaissait des victimes parmi leurs proches. Les témoignages étaient consternants. Les femmes du Groupe ont pu orienter les victimes vers la permanence sociale du Centre Social et leur proposer des tracts avec des numéros d’urgences.

De retour au Centre après le déambulation, les femmes d’AGO ont exprimé le besoin d’un ruban blanc encore plus long pour pouvoir entourer le quartier, la ville, et le monde.

Quels moyens ont été mis en oeuvre ?

Mise en place des moyens logistiques et financiers

Pas grand chose à vrai dire. Quelques pelotes de laine nous ont été données. Nous en avons acheté quelques autres en soldes et quelques aiguilles. C’est tout !

Place des partenaires et du centre social dans le projet

Chaque vendredi le centre ouvre ses portes au Groupe, devenu véritable lieu de rencontre des Femmes d’AGO

En conclusion

Quel(s) résultat(s) de l'action ?

L’action a permis de mieux fédérer le groupe. Les tricoteuses « expertes » ont pu dispenser avec délice leurs conseils aux moins « douées » ce qui a provoqué de beaux fous rire ! Ce fût également l’occasion de sortir toutes ensemble dans le quartier et de faire de nouvelles rencontres.

L'action va-t-elle se poursuivre ?

Absolument, l’ambition du Groupe est de tricoter le plus grand ruban blanc possible en associant, pourquoi pas d’autres centre sociaux à Paris et ailleurs.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui voudraient suivre vos traces ?

Appelez nous ou mieux encore, venez nous voir un vendredi après-midi !

Commentaires
Laisser un commentaire
M'abonner aux actions similaires
Sélectionner les catégories ou tags pour lesquelles vous souhaitez être avertis de la publication de nouveau contenu.
Par Région : Ile de France Par Département : 75 - Paris Par Territoire : Urbain Par Périmètre : Quartier Par Public : 5 : adulte Par Thématique : Solidarité Par mots-clefs : femmes Par mots-clefs : violence
ut adipiscing felis odio amet, tristique pulvinar dolor