DD We are back !

publié le 9 mars 2020
80 vues 1 j'aime
Sommaire de la fiche :
Résumé

Le projet DD : WE are Back, fait suite à un projet mené depuis 3 ans par plusieurs acteurs (jeunes, structures locales, conseils départementaux…), tous ces acteurs convergent vers une même volonté d’Échanger, de Sensibiliser et d’Agir autour du développement durable dans chacun des pays en créant des synergies entre les pays du nord et du sud.

Suite aux différentes actions menées, un noyau de jeunes reste mobilisé sur cette thématique et a envie de poursuivre l’aventure en colportant davantage le besoin d’actions envers l’environnement, la protection de la planète…

La finalité de cette mobilisation est une prise de conscience de la population et des politiques face aux enjeux environnementaux qui nous attendent.

L'action en images

Quelle est la situation de départ qui a motivé le projet ?

Début d’année scolaire 2016, un groupe de collégiens ayant vécu de loin des projets précédents se forme et sollicite le centre social pour à nouveau créer un échange cette fois-ci basé sur une des actions autour du développement durable. Le centre social se mobilise sur l’accompagnement du groupe de 13 jeunes et les aide dans le montage de leur projet et notamment d’une Junior Association appelé Jeunes en Action pour être plus autonome et lever des fonds pour leur projet.

Pendant trois ans (2016-2019), les jeunes se forment au développement durable (thématiques choisies des échanges entre les deux pays Sénégal-France, au vu de l’urgence à agir sur les territoires), et ont créé des jeux pour sensibiliser la population locale et créer des actions pour financer leur projet. Ces jeunes de la Junior Association, accompagnés du Centre Social, montent des dossiers de subventions et vont défendre leurs dossiers auprès des différentes collectivités ou partenaires.

En 2018:

L’ensemble des fonds nécessaire à une rencontre est collecté, un départ s’organise au Sénégal pour rencontrer les jeunes sénégalais sur la thématique des déchets. En octobre 2018, les jeunes Français effectuent un déplacement au Sénégal pour échanger sur le développement durable, créer des binômes d’ambassadeurs du développement durable et sensibiliser la population à la gestion déchets (interventions dans les écoles, collèges 5 écoles Sensibilisées au Sénégal, + le Collège de N’guekokh : 1800 enfants et collégiens : Une pièce de théâtre, une chanson, une course d’orientation et la diffusion d’un documentaire sur le développement durable, rencontre avec les élus locaux…).

Suite à ce projet, les jeunes Sénégalais intensifient leurs actions de sensibilisation. Le Collège de Nguekokh renforce les interventions sur la gestion des déchets au collège et organise avec l’association Teraanga des journées citoyennes de ramassages des déchets dans les rues de Nguekokh afin de faire aussi réagir les pouvoirs publics.

En parallèle, les associations Teraanga France et Sénégal et les deux conseils départementaux organisent un séminaire de travail autour de la méthodologie de projet lié au projet de gestion des déchets solides. Suite à ce séminaire, un diagnostic de territoire est engagé pour identifier les moyens, méthodes, pour ce projet.

Les jeunes réalisent les bilans auprès des différents partenaires et partagent tous la même idée de continuer l’action autour du développement durable avec les jeunes sénégalais. Cette idée mûrit et les échanges entre les professionnels (animateurs…) et les jeunes font évoluer le projet vers une action de solidarité internationale sur la thématique du développement durable. Le projet se dessine autour d’une action tri partite pour ouvrir le projet à d’autres échelles, d’autres territoires et s’inscrire aussi dans la mouvance actuelle en Europe de l’implication de la jeunesse sur la thématique du réchauffement climatique. Les jeunes ont envie de faire découvrir les initiatives françaises sur le développement durable aux jeunes sénégalais et décident d’ouvrir le projet à un appel à candidatures pour un pays Européen.

2019 :

En décembre 2019, suite au bilan réalisé avec les jeunes, le groupe reste déterminé et souhaite se réinvestir sur un projet de solidarité avec les jeunes sénégalais. Un dépôt de dossier FONJEP est alors décidé. Le collège Jean Baptiste Desfilhes souhaite renforcer le projet des jeunes et inscrit des actions autour de l’Afrique dans l’établissement sur l’année 2020, ces actions font l’objet d’un dépôt de dossier pour l’appel à projets AFRICA 2020. Le Conseil Départemental de l’Allier assure également son soutien au projet global de solidarité entre ces acteurs et souhaite organiser une journée d’échange entre établissements scolaires du département ayant des actions de coopération, en mettant à l’honneur le projet des jeunes. Ces derniers, ont présenté ce projet « DD We are back ! » devant le jury des dispositifs Jeunesse, Solidarité Internationale (JSI) et Ville, Vie, Vacances /Solidarité Internationale (VVV/SI).

En février 2020:

La demande de subvention est accordée. Six jeunes sénégalais et leur deux accompagnateurs viendront pour 14 jours au mois de juin 2020 à Ebreuil dans l’Allier. Ce projet sera un échange de rencontre et d’actions autour du développement durable. Les activités proposées sont de se former à partir de méthodes actives et pédagogiques au Développement Durable. La formation sera complétée par des visites d’initiatives. À l’issue, les jeunes seront invités à débattre, échanger, se forger une opinion sur le Développement Durable. Ils concevront un outil de sensibilisation que les jeunes iront expérimenter et réutiliseront dans leur pays. Pour ce projet qui dure depuis 4 années, ce sera l’aboutissement d’un travail d’envergure pour un groupe de collégiens maintenant lycéens.

Qu'avez-vous mis en place ?

Le projet se développe sur un territoire rural; le centre social est basé à Ebreuil (03450) en France, sur le territoire du Val de Sioule. Des actions itinérantes sur le département de l’Allier sont mis en place. Également le projet se donne l’objectif de colporter les savoirs et les expériences dans chacun des pays participants.

1- Construction de l’échange :

La thématique de l’échange requiert une base de connaissance sur le développement durable. Celle-ci est travaillée dans chacun des pays par les organismes d’envois.

Des différences entre les pays peuvent exister, une base commune a été définie par les partenaires (définition du développement durable, petits jeux pour comprendre la durabilité, les différents aspects du développement durable : http://www.2020energy.eu/game).

2- Mise en place d’actions locales avant l’échange:

Cet aspect contribue à l’accompagnement des jeunes à l’échange, car il permet par la mise en place d’actions avant le départ de :

– Créer une unité dans le groupe d’un même pays;

– Se familiariser avec une équipe, une thématique

– Créer un esprit collectif autour d’une même action,

– Participer de manière active à la construction du projet (choix des activités, propositions de jeux par chacun des pays), cette participation active donne une place à chacun dans le projet. Les animateurs sont vigilant à ce que chacun des jeunes ait un rôle dans le projet.

– Mise en place d’actions d’autofinancement du projet (vente de gâteaux, tenue d’une petite buvette, organisation d’un tournoi…) afin de réduire le coût du projet pour les participants et de permettre l’accessibilité à tous dans cet échange. Les organismes d’envoi peuvent aussi mettre en place des solutions pour permettre aux familles de participer (échéancier des paiements…).

3- Préparation de l’échange

En amont du projet, les jeunes sont associés dans la préparation du projet.

Les jeunes Français sont à l’initiative du projet JSI et ont déjà réalisé un projet sur cette thématique, ils ont écrit un dossier présentant leurs idées afin de solliciter des soutiens à des partenaires locaux.

Les jeunes Français ont préparé et proposé un planning prévisionnel d’activité où les jeunes Sénégalais ont émis des modifications.

Toujours en amont du projet, il est demandé à chaque groupe de jeunes de proposer pour l’échange :

  • 2 jeux sur la découverte de leur pays.
  • 1 jeu sur le développement durable.

Ces jeux seront animés pendant le projet de solidarité par les jeunes eux-mêmes.

Les jeunes Sénégalais ont mis en place des journées d’actions citoyennes de ramassages de déchets dans les rues de Nguekokh. Ils ont aussi continué (suite au projet d’octobre 2018), la sensibilisation à l’environnement dans les écoles et au collège.

4- Pendant le projet de solidarité

Lors de la rencontre en octobre 2019, les jeunes sont les premiers acteurs, en fonction du programme établi. En début de séjour, toutes les activités sont affectées à un trinôme qui sera en charge de la menée de l’activité, du bon déroulement de l’activité.

Lors de l’échange et pour permettre de créer une réelle dynamique collective, un projet commun prend forme autour d’une pièce de théâtre, sketch sur la thématique en vue de sensibiliser la population. Cette création d’outils est guidée par une intervenante de théâtre, mais le contenu, la forme restent au choix par les jeunes participants.

Quelles ont été les étapes clés du projet ?

  • 2016
    Annuel
    Mobilisation d'un nouveau groupe de jeunes

    Un groupe de collégiens ayant vécu de loin le projet précédent "DD Ici et là-bas!" se forme et sollicite le centre social pour à nouveau créer un échange cette fois-ci basé une des actions autour du développement durable.

  • 2017
    Annuel
    Formation au développement durable

    Les jeunes se forment au développement durable (thématiques choisies des échanges entre les deux pays Sénégal-France, au vu de l’urgence à agir sur les territoires), créé des jeux pour sensibiliser la population locale et créer des actions pour financer leur projet. Les jeunes de la Junior Association, accompagnés du Centre Social, montent des dossiers de subventions et vont défendre leurs dossiers auprès des différentes collectivités ou partenaires.

  • 2018
    Deux semaines
    Echange de jeunes au Sénégal

    Les jeunes Français effectuent un déplacement au Sénégal pour échanger sur le développement durable, créer des binômes d'ambassadeurs du développement durable et sensibiliser la population à la gestion déchets.

  • 2019
    Deux semaines
    Echange de jeunes en France

    Un échange de jeunes Franco-Italiens a eu lieu à Ebreuil sur la thématique du développement durable. Durant cet échange, le patrimoine local a été valorisé et la population des communes limitrophes a été sensibilisée.

  • 2020
    Deux mois
    Préparation du nouveau dossier FONJEP

    Un nouveau dépôt de dossier FONJEP est fait. Le collège Jean Baptiste Desfilhes souhaite renforcer le projet des jeunes et inscrit des actions autour de l’Afrique dans l’établissement sur l’année 2020, ces actions feront l’objet d’un dépôt de dossier pour l’appel à projets AFRICA 2020.
    Le Conseil Départemental de l’Allier assure également son soutien au projet global de solidarité entre ces acteurs et souhaite organiser une journée d’échange entre établissements scolaires du département ayant des actions de coopération, en mettant à l’honneur le projet des jeunes.

Quels moyens ont été mis en oeuvre ?

Mise en place des équipes et rôle de chacun

Les bénéficiaires sont :

  • 8 jeunes français sont acteurs du projet
  • 8 jeunes sénégalais également impliqués directement au projet
  • Environ 250 jeunes français sont mobilisés dans le projet
  • Environ 1000 jeunes Sénégalais qui sont eux aussi mobilisés dans leur collège grâce à la création des « éco-délégués » et avec des interventions spécifiques autour du développement durable et des changements climatiques
  • La population du Val de Sioule qui est sensibilisée et mobilisée
  • La population des villes d’origines des jeunes sénégalais sensibilisées et mobilisée également

Nos bénévoles :

  • Une vingtaine de parents d’élèves sénégalais
  • Une vingtaine de parents d’élèves français
  • Une dizaine de bénévoles de notre centre social
  • Une dizaine de bénévoles de l’association Teraanga

Mise en place des moyens logistiques et financiers

Les principaux besoins pour mener l’action de solidarité internationale sont :

  • Transports : L’accueil de jeunes internationaux implique des frais de transport importants. Soit les billets d’avion pour les jeunes sénégalais et leurs accompagnateurs
  • Transports locaux : Afin de nous déplacer lors de visite des initiatives sur le développement durable, ou encore à la rencontre de la population ou des autres jeunes locaux, nous avons besoin de louer 2 autres mini bus que celui que nous possédons déjà. Également, ces transports nécessitent de l’achat de carburant. Sur 1 visite importante, nous louerons un bus à capacité plus importante.
  • L’Hébergement et la restauration constituent un poste de dépenses important puisque nous hébergerons et restaurons une trentaine de personnes.
  • Les activités culturelles pendant le séjour sont importantes pour la découverte culturelle, les loisirs et la détente. Nous envisageons des sorties culturelles, ces frais sont en partie pris en charge par les actions de financement des jeunes en amont du projet et une participation financière des jeunes.
  • Les actions de sensibilisation créer des dépenses notamment en achat de matériel, mais aussi par l’intervention d’intervenant spécialisé comme une intervenante de théâtre.

Enfin, une équipe d’encadrante est nécessaire pour le projet, une personne sera recrutée sur la période d’accueil des jeunes (ainsi qu’un temps de préparation en amont). L’encadrement sinon sera réalisé par les équipes des structures participantes et des bénévoles des différentes associations

Place des partenaires et du centre social dans le projet

La place de nos partenaires :

  • Le Centre Social VIVA Sioule est l’association porteuse du projet. Elle développe des activités de coopération internationale depuis 6 ans et a associé le collège de Bellenaves dans certaines de ces actions. Les actions de coopération internationale développée par l’Association sont essentiellement avec l’Association Teraanga, et les pays de coopérations internationales du Conseil Départemental de l’Allier.
  • La Fédération Nationale des Centres Sociaux est la marraine du projet. Elle agit comme un mandataire du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Notre parrain garantit que toutes les conditions de réalisation du projet ont fait l’objet d’un accord écrit avec notre centre social.
  • L’Association Jeunes en Action créée par le groupe « DD : ICI ET LÀ-BAS », rassemble aujourd’hui une quarantaine de jeunes et a pour objet d’aider les jeunes à développer des projets et des animations. Cette association est composée de plusieurs groupes de jeunes aux projets différents.
  • Le Conseil Départemental de l’Allier joue un rôle important dans le projet, il participe au financement du projet à travers son appel à projet « À fond jeunes » qui vient compléter les différentes sources de financement. Également, il intervient dans les relations avec les collectivités locales Sénégalaises avec qui nous travaillons sur ce projet, il est aussi notre interlocuteur privilégié avec les services du ministère des Affaires Etrangères, il intervient notamment auprès des ambassades pour faciliter les demandes de VISA
  • GIE TERAANGA a pour but de développer des relations privilégiées et des échanges d’ordre culturel, social, économique, touristique et sportif. Cette association est en lien étroit avec la Municipalité de Nguekokh car tous les projets qu’elle porte sont élaborés, sur des besoins émanant de la population locale, en concertation avec la commune. Depuis 2008 des conventions tripartites et triennales sont signées par TERAANGA-France, TERAANGA-Sénégal et la Mairie de Nguekokh.
  • France volontaire organise le dialogue entre les acteurs du volontariat et participe ainsi à la définition et à la mise en oeuvre de politiques publiques et d’initiatives multi-acteurs sur le champ de l’engagement solidaire à l’international.
  • Le Conseil Départemental de M’bour est co-porteur des projets avec le Conseil Départemental de l’Allier. Les échanges s’organisent principalement sur l’organisation des projets importants de l’association Teraanga France et Sénégal, mais aussi sur le portage des dossiers financiers notamment en lien avec les ministères des Affaires étrangères.
  • Le Collège Jean Baptiste Desfilhes qui s’investit pleinement dans ce projet en permettant au centre social de nous réunir, en participant à des actions conjointes sur le projet en lien avec ses professeurs
  • Le Collège de Nguekokh CEM développe des actions de prévention en son sein depuis l’impulsion du projet par les associations Teraanga et le Centre Social (Développement d’une brigade antidéchets au sein du collège-Journée de ramassage des déchet-Formation de nouveaux ambassadeur-Renforcement de lien avec le conseil départemental de M’bour autour du projet de traitement des déchets solides).
  • L’ADATER est une association pour le développement de l’Agri-Tourisme en Espace Rural, elle nous a aider à nous former pour faire de la permaculture, et aussi au développement durable
  • Le SICTOM collabore avec nous de manière à sensibiliser, informer, initier et éduquer les jeunes pour protéger la planète au travers d’interventions ludiques avec, à l’appui des vidéos, jeux, échanges oraux

En conclusion

Quel(s) résultat(s) de l'action ?

Les résultats de l’action menée pendant ces années concernent premièrement une prise de conscience regardant les questions écologiques par les jeunes acteurs de ce projet qui, dès la première année, ont décidé de se former sur la thématique du développement durable et des changements climatiques. Grâce à cette prise de conscience, les jeunes ont commencé à s’intéresser à la thématique d’un point de vue plus global, qui donc ne regardait plus que la France mais aussi d’autre pays, d’abord le Sénégal et puis l’Italie.

La formation sur le développement durable a permis la construction de certains jeux, qui envisageait de sensibiliser les enfants (chansons, pêche aux déchets, épicerie solidaire, jeu de l’oie revisité, création de la pièce de théâtre sur le développement durable / Utilisation des jeux existants); de plus à chaque échange des jeunes une pièce de théâtre a été construite par les jeunes afin de sensibiliser le grand public.

Des soirée ouvertes à la population et des rencontres informelles avec les bénéficiaires du projet ont permis de recenser le taux de satisfaction, le nombre de personnes impliqué directement ou indirectement au projet et les éventuelles demandes ou besoins. Le niveau de formation au Développement Durable et la qualité des échanges ont été vérifié à travers des questionnaires. Des réunions d’équipe projet et des entretiens formels ont été utiles à l’amélioration des actions menées.

L'action va-t-elle se poursuivre ?

Oui, l’action continuera: déjà en juin 2020 quand nous recevrons les jeunes sénégalais à Ebreuil pour leur montrer le développement local de notre côté et leur permettre une vraie découverte du territoire.

De plus, les deux collèges partenaires de cette action ont commencé à partager leurs projets didactiques afin de pouvoir mettre en contact les étudiants qui n’ont pas encore la possibilité de participer physiquement aux échanges.

Quelles améliorations souhaiteriez-vous apporter au projet ?

La projet pourrait être amélioré en s’ouvrant vers d’autres villes autour des 18 communes d’action du centre social.

Malheureusement, le milieu rural n’aide pas trop les échanges entre différentes communes.

Malgré la volonté des jeunes de sensibiliser de plus en plus toute la population du département français.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui voudraient suivre vos traces ?

Nous croyons que le point fort de notre action est l’existence d’un groupe de jeunes qui, depuis le début du projet, a décidé de se mobiliser sur cette thématique. Dès que leurs désirs et leurs intérêts se sont prononcés, le centre à pu accompagner ces jeunes vers de la formation (acquisition de compétences et de savoir-faire) et de la découverte, toujours dans une démarche d’éducation populaire.

Après 4 ans, leur intérêt est fort présent d’autant plus qu’ils sont toujours engagés sur la thématique du DD et essaiment cela dans leurs lycées respectifs. Cela montre bien que le centre a su accompagner les jeunes sans leur imposer un travail mais en suivant l’engagement des jeunes et leur prise d’autonomie.

Commentaires
Laisser un commentaire
M'abonner aux actions similaires
Sélectionner les catégories ou tags pour lesquelles vous souhaitez être avertis de la publication de nouveau contenu.
Par Région : Auvergne Par Département : 03 - Allier Par Territoire : Rural Par Périmètre : International Par Public : 7 : Tout public Par Thématique : Environnement / écologie Jeunesse Par mots-clefs : Solidarité Par mots-clefs : coopération Par mots-clefs : engagement Par mots-clefs : citoyenneté Par mots-clefs : Développement durable Par mots-clefs : adolescents Par mots-clefs : éducation Par mots-clefs : égalité Par mots-clefs : émancipation Par mots-clefs : empowerment Par mots-clefs : Mobilisation d'habitants Par mots-clefs : participation citoyenne Par Financeurs : 01 : Commune/Ville Par Financeurs : 02 : Intercommunalité Par Financeurs : 03 : Département Par Financeurs : 05 : Etat - Service départemental Par Financeurs : 07 : Etat - Service national Par Financeurs : 08 : Europe Par Financeurs : 09 : CAF Par Financeurs : 10 : MSA Par partenaires : 01 : Commune/Ville Par partenaires : 02 : Intercommunalité Par partenaires : 03 : Département Par budget : 3 : de 10 000 à 20 000 €
ut eleifend consectetur Donec Aliquam eget vulputate, pulvinar libero. non Aenean Phasellus