Casse noisettes : une halte-garderie des vendredis soirs, pour que les parents puissent sortir !

publié le 18 décembre 2018
74 vues 0 j'aime
Sommaire de la fiche :
Résumé

Interrogeant les parents sur leur faible présence aux sorties et évènements culturels proposés, l’équipe du centre social entend la difficulté partagée par plusieurs parents de faire garder les jeunes enfants en soirée quand le réseau familial est loin (complexité de l’organisation, coût…). La question, portée ensuite par un groupe mixte parents/professionnels, aboutit quelques mois plus tard à la mise en place d’une soirée par mois, au cours de laquelle une douzaine de 0-6 ans sont accueillis, par 1 professionnelle de la crèche ‘Les Ecureuils’ et 2 parents volontaires à tour de rôle.

L'action en images

Quelle est la situation de départ qui a motivé le projet ?

Les parents de jeunes enfants, usagers du centre social via la crèche ou autre, semblaient pour certains rencontrer des difficultés pour sortir une fois de temps en temps quand personne dans l’entourage proche ne peut garder l’enfant facilement (familles qui habitent loin…).
Une fois cette difficulté soulevée lors de l’évaluation du projet social, l’équipe professionnelle consulte d’autres parents qui accrochent tout de suite avec l’idée de pouvoir souffler un soir de temps en temps, pour aller au cinéma, au théâtre, au restaurant… tout en laissant leur(s) enfant(s) dans de bonnes main(s) pour passer eux aussi une sympathique soirée.

Un collectif de parents se monte, accompagné par le centre social. Leur mobilisation sera d’ailleurs cruciale pour convaincre les partenaires. Car si la Caf a soutenu l’initiative dès le début, persuadée que cette proposition a des vertus pour la vie de famille – pour que les parents soufflent et consolident leur couple- la PMI a mis davantage de temps pour donner son accord à une ouverture aussi tardive d’un accueil de jeune enfant, partant du principe qu’un enfant de 3 mois à 6 ans, après 20h, doit être chez lui dans son lit, plutôt que dans un accueil collectif. Après dépôt du projet écrit puis rencontre de la commission PMI, c’est finalement les courriers faits par les parents, expliquant leurs motivations pour que ce projet voit le jour -certains témoignages étant très touchants- qui semblent avoir fait pencher la balance et permet qu’un agrément « expérimental » soit délivré.

De la question soulevée courant 2012 à l’idée d’une halte-garderie en soirée occasionnellement qui a germé ensuite, c’est finalement courant 2013 que « Casse noisettes » fait ses premières ouvertures. La halte-garderie se tient dans les locaux de la crèche où les lieux et le matériel sont adaptés pour les différents temps : accueil / jeux / histoires / coucher…

Qu'avez-vous mis en place ?

1 à 3 soirée(s) / mois de 19h à 23h : Initialement c’était la soirée du jeudi, mais rapidement la proposition s’est décalée au vendredi pour permettre aux enfants de mieux récupérer d’une soirée un peu différente et un coucher souvent plus tardif. Au lancement, une soirée par mois était proposée, maintenant selon les mois (rentrée, vacances…) l’agenda peut proposer jusqu’à 3 soirées le même mois.

Public concerné : les familles de toute la commune de Villeurbanne peuvent solliciter Casse-noisettes, cependant jusqu’à aujourd’hui c’est essentiellement les parents du quartier qui participent à ce projet, une vingtaine aujourd’hui (depuis le début environ 35 familles ont contribué et bénéficié de Casse noisettes).
Les parents s’engagent à participer à leur tour à une soirée en restant et s’occupant des enfants à la crèche (certains viennent même sans leurs enfants, restés à la maison avec l’autre parent, pour « voir autre chose » que ceux qui font leur quotidien). Pour les parents isolés, les mamans seules jusqu’à présent seulement, ce temps est précieux et est vécu comme une soirée de répit !

Le programme de la soirée : Il était important dès le départ pour les parents que cette soirée « de sortie » soit aussi un temps de fête pour les enfants. Ainsi, les soirées sont parfois à thèmes, les enfants viennent souvent déguisés et la soirée est vécue dans une atmosphère festive : jeux, musique, maquillage… A partir du milieu de soirée, l’ambiance s’apaise, les plus jeunes vont dormir si ce n’est pas déjà le cas, et les plus grands passent à un temps d’histoires et de contes, plus tranquilles.
En parallèle, les parents se voient proposer des sorties culturelles déjà ciblées (avec la théâtre de l’Iris tout proche notamment ou le Théâtre National Populaire de Villeurbanne). Mais si l’agenda des soirées de Casse noisettes est construit en cohérence avec les dates de la médiation culturelle du centre social, les parents restent entièrement libres de choisir ce qu’ils vont faire de cette soirée libérée !

Nb d’enfants et + de 6 ans : 12 enfants de 3 mois à 6 ans peuvent être accueillis, ce qui signifie bien souvent moins de 12 familles, puisque des fratries de plusieurs jeunes enfants bénéficient de ce système.

Les enfants grandissant, certains ont passé la barre limite des 6 ans… Les familles concernées se sont alors mobilisées pour imaginer, avec le centre social, comment poursuivre l’aventure. Au final : les + de 6 ans ont aussi leur soirée où ils sont gardés, mais ici uniquement par des parents. Une maman cordonne le tout et 2 parents restent avec le groupe. Par souci de simplicité (pour les familles avec les enfants dans les 2 tranches d’âge et parce que c’est rassurant d’avoir un(e) professionnel(le) à la crèche à côté), les soirées se déclinent autour du même agenda, dans une salle du centre social, à raison d’une participation de 5€/soirée.

Quelles ont été les étapes clés du projet ?

  • 2013
    1 an
    Expérimentation

    Phase de test en même temps que de négociation avec la CAF et la PMI. Pas d'agrément à ce stade

  • 2014
    Agrément
  • 2017
    Ouverture de la garderie + de 6 ans

    En mode entièrement parental et autogéré, une fois par mois, les parents dont les enfants ont grandi continuent le projet !

Quels moyens ont été mis en oeuvre ?

Mise en place des équipes et rôle de chacun

Les parents : à l’initiative de la demande, puis investis dans la définition du projet et dans la réalisation chaque mois des soirées.

Le centre social : porteur du projet et de la demande d’agrément PMI, a assuré le lien avec la Caf, s’est surtout placé en accompagnement et co-construction du projet avec les familles.

Mise en place des moyens logistiques et financiers

Le centre social met à disposition les locaux de l’EAJE, et salarie le temps de cette soirée un(e) des professionnel(le)s de la crèche (toujours la même personne, référente du projet).

Les familles participent à hauteur de leur quotient familial, avec les mêmes tarifs qu’un accueil collectif classique (de 0.40 € à 2.50 € par heure, repas compris).

Le soutien supplémentaire de la ville via une ligne du CEJ est essentiel pour compléter le budget.

Place des partenaires et du centre social dans le projet

La Caf : soutien (de fond et financement)

La PMI : accord pour ouverture en soirée (agrément)

La Ville : soutien (financement via le CEJ)

En conclusion

L'action va-t-elle se poursuivre ?

L’action se poursuit, et se développe, avec :
* l’ouverture d’une soirée aussi de garde et de fête pour les + de 6 ans, les mêmes jours, dans une salle voisine de la crèche ;
* un renfort professionnel pour accueillir une fois par moi des enfants en situation de handicap (depuis sept. 2018) ;
* la déclinaison 1 fois par an d’un Casse noisettes inversé : les parents restent au centre social pour un temps convivial et les enfants les plus âgés partent accompagnés par le centre social pour une courte sortie culturelle type théâtre ou autre spectacle.

La professionnelle de l’EAJE  mobilisée sur ces soirées a changé mais la dynamique se poursuit.

 

Quelles améliorations souhaiteriez-vous apporter au projet ?

Aujourd’hui l’enjeu est le renouvellement des familles investies dans et profitant de l’organisation de Casse noisettes (les enfants grandissent, les familles bougent…).

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui voudraient suivre vos traces ?

Accrochez-vous pour mettre en place le projet (face à une PMI réticente ou aux idées reçues qui veulent que les enfants « à cette heure là, doivent être au lit et dans le leur »… Car si la demande des parents est là, la proposition fera du bien à tous ! C’est de plus un bel outil pour favoriser l’entraide et le lien social.

Commentaires
Laisser un commentaire
M'abonner aux actions similaires
Sélectionner les catégories ou tags pour lesquelles vous souhaitez être avertis de la publication de nouveau contenu.
Par Région : rhone-alpes Par Département : 69 - Rhône Par Territoire : Urbain Par Périmètre : Quartier Par Périmètre : Ville Par Public : 1 : 0-6 ans Par Public : 2 : 7-11 ans Par Thématique : Parentalité Culture Par mots-clefs : garderie parentale Par mots-clefs : pouvoir d'agir Par mots-clefs : petite enfance Par mots-clefs : entraide Par mots-clefs : accès à la culture Par mots-clefs : c'est possible Par Financeurs : 01 : Commune/Ville Par Financeurs : 09 : CAF Par partenaires : 18 : Autre Par budget : 2 : de 5 000 à 10 000 €
Praesent diam Aliquam elit. Nullam ut Donec ut